· 

Un p'tit bout d'histoire, vite fait

Décembre 2018, nous prenons possession de la Gouline. La Gouline, c'est le nom qui nous est venu tout de suite. La maison qui date du milieu du 19ème siècle a été longtemps une mercerie dont les anciens du village se souviennent très bien. Le village comptait 1200 habitants à la veille de la guerre de 14-18 (moins de 400 cent ans plus tard). Gréez sur Roc était certes un village rural classique mais il se distinguait par l'importance de son artisanat semi industriel de fabrication de sabots. Pas moins de dix ateliers de sabotiers sur la commune avec chacun six ou sept ouvriers qui produisent une grande quantité de sabots et de galoches expédiées par le tramway (dont nous reparlerons) vers la Beauce. Cette présence ouvrière forte, influencée par les idées socialistes, forgera le caractère volontiers rebelle de ses habitants. "Gréez la rouge" n'hésitait pas à braver "Montmirail la blanche".  En 1908, les sabotiers demandent à leurs patrons un sou de plus par paire, devant le refus de ceux-ci, ils cessent le travail un lundi après midi et défilent dans les rue du bourg en brandissant des pancartes revendicatives se réclamant du mouvement des radicaux. Le lendemain, ils obtiennent satisfaction et retournent dans leurs ateliers. Les femmes de leur côté, travaillent à améliorer l'ordinaire et confectionnent les gants que l'entreprise Neyret vient collecter chaque semaine.

Et la Gouline dans tout ça ? Une seconde ! j'y viens...

La GOULINE était la coiffe de travail de cotonnade la plus répandue . Elle fut utilisée de façon courante aux travaux des champs et par bien des gens simples ou pauvres continuellement. Elle était composée d'un fond d'ornement, la "gouline" n'a jamais eu la prétention d'être luxueuse. Les vieilles la portaient enfoncée sans grâce, alors que les jeunes la posaient tout en arrière, les oreilles dégagées et les brides parfois flottantes dans le cou.

Une coiffe mais aussi une danse dont le groupe folklorique "la gouline sarthoise" a su montrer sur deux nombreuses scènes depuis 1950 date de la création de cette association.